AAPPMA en colère

Ici vous pouvez (devez) vous présenter, parler de tout et de rien. Les sujets à polémiques sont à éviter bien sûr ;-)

Modérateurs : Euli, Chironome, teishi

AAPPMA en colère

Message par Totof » Mar 30 Mars 2010, 7:08

Bonjour à tous,

Je vous mets en copie le mail que j'ai reçu ce week-end sur l'avenir des AAPPMA en France. Pour ma part, je ne prendrai pas position pour l'instant sur ce sujet.
J'attends un d'avoir ce qui se cache derrière .

Chers tous voilà tout est prêt, mais certaines adresses adresses du champ des 1030 sont invalides et bloque l'envoi. Je vais tenter de trouver la solution. J'envoie bien sur au national.

Le collectif pour la sauvegarde des aappma de France collectif.aappma@gmail.com

le 25 mars 2010

Chers collègues, chers amis pêcheurs ,

La situation est tellement aberrante que nous devons réagir rapidement. Avez-vous été informés du séminaire de la FNPF et des conclusions votées par son conseil d'administration le 3 novembre 2009? Si vous n'avez pas eu communication de ces textes vous les trouverez en dossiers joints ainsi que d'autres informations.

Si vous n'avez pas reçu ces textes de votre fédération départementale, à vous d'en tirer des conclusions . Déjà des aappma disparaissent ( voir lettre ouverte à la FNPF).

Il s'agit d'une atteinte sans précédent au droit associatif et sans doute en toute illégalité! Ce qui pourrait vouloir dire que nous serons peut-être dans l'obligation de suspendre les cotisations nationales durant le temps que la légalité soit rétablie. Une consultation nationale avec toutes les informations nécessaires est devenue impérative. Des élections devraient suivre à tous les niveaux. Il appartient à chaque pêcheur d'être informé.

Nous vous demandons de lire la lettre ouverte à la FNPF, écrite grâce aux témoignages qui ont été regroupés depuis moins de deux semaines d'aappma de toute la France. En lisant ce que vous allez peut-être seulement découvrir aujourd'hui, il y a de quoi frémir!

C'est par nos cotisations volontaires et notre travail de bénévoles que la FNPF et nos fédérations peuvent vivre. Nous aurions du obtenir l'information. Cela n'a pas été le cas. Nous connaissons nos devoirs mais aussi nos droits. Le moment est venu de nous faire entendre car en résumé, la politique de la FNPF semble orientée dans une unique direction :

Réduire la réglementation à sa plus simple expression, réduire le nombre d’AAPPMA, réduire le rôle des Fédérations Départementales, réduire la diversité piscicole, réduire l’éventail des tarifs, réduire le nombre de distributeurs, … C'est ce que l’on peut appeler de la constance obsessionnelle réductive. Pour aboutir à un projet partagé par un nombre aussi réduit que le nombre d'Aappma qui en survivront.

Pour rejoindre notre collectif, il vous suffit d'envoyer un e-mail approuvant la lettre que nous adressons aujourd'hui à la FNPF par courriel, en indiquant le nom de votre aappma , son adresse et le nom du président s'il le désire : collectif.aappma@gmail.fr ou celui des coordonnateurs.

Bien sûr, nos attendons toutes vos réflexions et vos témoignages que nousn diffuserons également.

Nous vous demandons de diffuser largement ( au moins à toutes les aappma de votre département), car si avec toutes celles qui nous ont rejoint nous avons un fichier de plus de mille adresses...il nous en manque encore 3000...et c'est un rude travail. Merci de votre aide. Pour que vive la pêche et l'halieutique dans le respect de tous, les coordonnateurs du collectif

Yves Vernier (aappma. Metz)yvernier@neuf.fr

Jean-Patrick Mauger (aappma Lac léman) mauger.jp@gmail.com

Christian Guiraudon (aappma Lac d'Annecy) christian.guiraudon@neuf.fr


LETTRE OUVERTE A LA FNPF ( elle est jointe également en dossier joint pour une meilleure lecture une fois imprimée )

Le collectif pour la sauvegarde des aappma françaises collectif.aappma@gmail.com

Lettre ouverte à

Messieurs les membres du conseil d'administration de la fédération nationale de la pêche en France (FNPF) ainsi qu'aux participants au séminaire du 16,17,18 septembre 2009 en Ardèche dont les conclusions furent validées par le conseil d'administration du 3 novembre 2009.

Monsieur le Président, messieurs les conseillers,

Il nous revient que vous avez organisé un séminaire en septembre 2009 décidant de l'avenir de la pêche en France.

Nous devons appeler votre attention sur les nombreux inconvénients que présente cette initiative. Nombre de présidents de fédération départementale n'y ont pas été associés, ni même semble-t-il informés. Ne parlons pas des aappma et encore moins du pauvre pêcheur.

Il existe pourtant un système postal, mais aussi une revue et un site internet de la fédération française. il apparaît que la communication dont se targue notre fédération nationale soit en panne. Nous n'avons trouvé aucune trace encore à ce jour, de quelque information que ce soit par les moyens dont vous disposez pourtant, à propos de ce séminaire et des conclusions votées. Il en est de même pour GENESALM, autre document tout aussi confidentiel mais porteur d'interrogations . Sous des approches apparemment différentes, la même orientation est prise, quelle coïncidence !

Vous êtes vous-même une association élue pour défendre les intérêts des associations que vous représentez. Il était donc de votre devoir dans le cadre de la Morale et de l'Ethique d'informer et de consulter tous les "usagers" de la pêche en France, car ce sont eux qui vont fournissent les moyens d'exister et ils sont les premiers concernés. Finalement ce compte rendu nous est parvenu par internet en provenance d'une aappma, assez fâchée semble-t-il.

Vous avez donc décidé de l'avenir de la pêche en France mais contrairement à ce que vous écrivez dans votre compte rendu de séminaire, sans" prendre le temps de la réflexion, de l'échange pour bâtir un projet partagé". Cela est grave mais plus encore, aucune communication n'apparaît sur le nombre de participants à ce séminaire ni sur leur identité et leur responsabilité. Seul le président de la fédération nationale ose signer de son nom. Voudrait-on lui faire porter le chapeau au cas où ?

Plus étonnant encore, les conclusions de ce séminaire ont été adoptées par le conseil d'administration le 3 novembre 2009 mais les présidents des fédérations départementales n'ont reçu les textes des "conclusions du séminaire du bureau élargi" par courriel ( e-mail) avec en-tête : " Très important et urgent", que le 12 novembre 2009. Le huit-clos d'une poignée d'hommes venait de sceller l'avenir de la pêche en France avec , comme vous le dites, un sens aigu du "projet partagé".

Nous estimons donc de notre devoir, au nom des adhérents de notre aappma, dans le cadre du respect de la Morale et de l'Ethique associative, d'informer un maximum d'aappma des dangers et dérives possibles d'une application des conclusions du séminaire, votées par le conseil d'administration du 3 novembre 2009 :

En tout premier lieu, la perte des ressources qui entraîneront à court terme la disparition des aappma locales .

Pourtant les fédérations ont besoin d'elles car elles sont les garantes de l'entretien et de la surveillance des cours et plans d'eau. Elles sont souvent les meilleures sentinelles et analystes des problèmes spécifiques à chaque milieu.

Nous devons appeler votre attention sur les nombreux inquiétudes que présente votre initiative, tant sur le fond que sur la forme.

Sur la forme, votre position statutaire vous autorise-t-elle à mettre en danger l'existence d'associations que vous représentez sans les avoir informées ? Le débat pourrait être juridique. Au bout du compte, on se trouverait dans une situation qui ferait débat dans le monde associatif et médiatique avec l'apparition de licenciements provoqués par une fédération associative sur des bénévoles travaillant sans salaire. Sacrée jurisprudence !

Il serait plus utile que la FNPF s’attèle à expurger du Code de l’environnement toutes les absurdités qui s’y trouvent.

(Code de l’environnement mis à jour au 1er janvier 2010)

Article L434-1 En savoir plus sur cet article...

Abrogé par Loi n°2006-1772 du 30 décembre 2006 - art. 101 (V) JORF 31 décembre 2006

"Le Conseil supérieur de la pêche est un établissement public auquel est affecté le produit de la taxe piscicole. Il utilise les fonds dont il dispose pour la mise en valeur et la surveillance du domaine piscicole national, notamment par des interventions, réalisations, recherches, études et enseignements en faveur de la pêche et de la protection du patrimoine piscicole."

En outre, le Conseil supérieur de la pêche constitue un organisme consultatif auprès du ministre chargé de la pêche en eau douce.

Nous croyions que le CSP avait été dissout. Ou bien comme beaucoup, nous avons loupé un épisode !

Mais en matière de respect des textes, il y a beaucoup plus grave dans le contexte actuel et nous n'avons observé aucune réaction de qui que ce soit, jusqu’à présent, y compris par les services du MEDDEM qui répondent délibérément à coté de la plaque, tant le problème est brûlant.

Par décret du 27 août 2009, le MEDDEM a prorogé les baux de pêche de l’état d’un an, fixant ainsi l’année 2010 comme celle de renouvèlement des baux de pêche de l’Etat. Cette décision est légale et conforme aux dispositions de l’article R 435-9 du code de l’environnement.

Sauf que cette décision a été prise après l’instauration des élections dans les instances de la pêche associative. Et par voie de conséquence, l’article R.434-35 n’est plus applicable, ce qui rend les mandats des élus des AAPPMA invalides à compter du 31 décembre 2009 et celui des élus des Fédération caduc à compter du 1er avril 2010. L’article est clair, net et précis et appelle bien la superposition des durées entre les baux de pêche et celui des mandats des élus associatifs :

Article R434-35 En savoir plus sur cet article...

Modifié par Décret n°2008-690 du 10 juillet 2008 - art. 3

"Le mandat des organes dirigeants des associations agréées et celui des fédérations départementales commencent respectivement le 1er janvier et le 1er avril précédant la date d'expiration des baux de pêche consentis par l'Etat sur le domaine public et se terminent respectivement le 31 décembre et le 31 mars précédant l'expiration des baux suivants."

Au cas précis des mandats actuels des présidents d’AAPMA, les mandats n’ont pas commencé le 1er janvier précédent la date d’expiration des baux de pêche (1er janvier 2010 donc élection fin 2009). De même, le mandat précédent ne s’est pas terminé le 31 décembre précédent l’expiration des baux (31/12/2009 et donc nécessité de nouvelles élections avant cette date). Il en est de même pour le mandat des élus des Fédérations avec le décalage des 3 mois prévus par la loi.

Tous les mandats des élus dans les AAPPMA sont donc illégaux depuis le 1er janvier 2010.

Si le législateur n’avait pas eu la volonté de superposition des durées des mandats et des baux de pêche, il aurait simplement dit que le mandat des élus associatifs durerait 5 ans, quelle que soit la durée des baux de pêche.

Nous laissons à chacun le soin de mesurer les conséquences de l’illégitimité de nos mandats, ne serait-ce que dans la relation AAPPMA  Fédération et dans la relation Fédération  FNPF. En sachant évidemment que les mandats précédents (ceux issus des élections de 2002 pour les AAPPMA et 2003 pour les Fédérations) n’étaient pas plus légitimes, pour les mêmes raisons.

Nous ne voyons comment des votes pourront être réalisés dans des AG de Fédérations ou de la FNPF dans lesquels les votants n’auront pas de légitimité et dont le mandat a expié.

Pour info, l'aappma La Messine a fait proroger ses mandats dans le cadre d’une AG extraordinaire en date du 07 février 2010 et de nouveaux agréments au préfet (pas de réponse de sa part à ce jour).

Il semblerait que La FNPF envisage de demander au MEDDEM de proroger d’un an de plus les baux de pêche actuels, le temps de modifier la loi pour permettre la location des baux aux Fédérations départementales à la place des AAPPMA. Où est le débat démocratique dans cette affaire et pourquoi une telle mesure qui ne vise qu’à faire disparaître les AAPPMA qui ne géraient que des lots du domaine public. C’est proprement scandaleux !

Le comble dans cette affaire, c’est que les AAPPMA du domaine public se verraient démunies de leurs baux de pêches alors que les AAPPMA des rivières du domaine privé conserveraient leurs baux car tous les propriétaires ne loueront certainement pas leurs droits de pêche aux Fédérations où ils ne connaissent généralement personne.

Ils ne connaissent et ne font confiance qu’au président de l’AAPPMA locale qui est bien souvent un ami d’enfance. C’est ce tissu relationnel que la FNPF veut tuer.

Dans le cadre actuel de la loi, l’état ne peut pas accorder cette prorogation.

Article R435-9 En savoir plus sur cet article...

"Les locations sont consenties, par voie de renouvellement général, pour une durée de cinq ans. Toutefois, la date d'expiration des contrats de location peut être prorogée d'un an, le cas échéant, par arrêté conjoint du ministre chargé du domaine et du ministre chargé de la pêche en eau douce."

Les baux peuvent être portés de 5 à 6 ans mais pas de 6 à 7 ans. Il faut donc modifier la loi pour satisfaire la FNPF.

Ces propositions doivent faire l’objet d’une concertation nationale dans le cadre d’AG extraordinaire dans chaque fédération. Certains ont la chance dans leur réseau d’AAPPMA de proposer aux membres respectifs des possibilités de pêches multiples. En fin de compte c’est le seul pêcheur qui reste maitre de son choix grâce a cette diversité qui est devenue un atout.

Sur la forme encore, nous avons eu copie de la lettre adressée par le Président de la fédération de Belfort ( 90) au président de l'aappma de Giromagny le 25 février 2010 . Extraits " Le schéma national du développement du loisir pêche (SNDLP) prévoit également l'attribution des baux de pêche aux fédérations plutôt qu'aux aappma afin de favoriser la réciprocité...Votre aappma ne possédant aucun droit sur la commune de La Chapelle Sous Rougemont, notre fédération a signé les baux de pêche avec les propriétaires riverains sur la totalité du ban communal. Ce nouveau parcours réciprocitaire est ouvert à tous les membres d'une aappma réciprocitaire du territoire de Belfort, de l'EHGO et du CHI... Veuillez agréer, M. le président...etc"

Vous allez vraiment vite en besogne. C'est donc l'expurgation qui commence. Sauf que, sur quels textes de loi pouvez-vous vous appuyer actuellement? Sur quelle légitimité en particulier la vôtre si l'on s'en réfère au Code de l'environnement ?

D'ailleurs il doit exister quelques juristes puisque l'ensemble des élus , des maires au conseiller général et au député ont pris l'affaire en mains, et pas pour vous bénir.

C'est une atteinte au droit associatif et un abus de pouvoir. Quant aux moyens utilisés, il n'en même pas pensable que vous les ayez employés.



Parlons maintenant du fond.

Rien n'est plus préjudiciable à la bonne marche des choses qu'une confrontation de fait entre les situations particulières des associations au sein de leur fédération. On peut naturellement regretter ces disparités; mais il serait illusoire de penser qu'elles puissent être levées à court terme pour tendre vers une situation soit disant optimale "calquée" sur l'opinion d'une poignée de personnes ayant décidé de" thèmes préalablement pressentis". Une fois de plus , où avez-vous placé l'information, la réflexion et la consultation des principaux intéressés que vous n' avez pas à charge mais dont vous devez défendre les intérêts ?

Le résultat le plus assuré de commentaires publics sur ces différences ne pourrait être qu'une exacerbation des sentiments de frustration ou d'injustice ressentis à tort ou à raison, par les divers acteurs de la vie associative de la pêche : pêcheurs, gestionnaires, acteurs fédéraux et nationaux. Mais les incidences seront également perceptibles dans les relations avec les élus et acteurs économiques au niveau local, départemental, régional et même national. Vous en porterez une grande part de responsabilité en cas de possible conflit. Le tissu associatif devait être informé et consulté.

La tâche des gestionnaires, à quelque niveau que ce soit, est déjà bien lourde et délicate et va s'en trouver bien compliquée. La pêche et son image n'avait pas besoin d'un tel coup de massue. C'est affligeant car tout le monde va se retrouver perdant. Ce n'est malheureusement pas par les méthodes envisagées, et malencontreusement votées, que notre fédération nationale va obtenir ses lettres de créances dans l'Institution.

Mais un projet peut toujours être repris et se discuter si l'on admet qu'il peut être modifié. Le mot négociation n'est pas un mot vain.

Pour cela, la fédération nationale devra se pencher à nouveau et rapidement sur la communication, l'information et la consultation.

Il est impératif que les textes soient écrits dans une langue française correcte en évitant l'emploi de mots inexistants, de formulations vides de sens, de thèmes et d'expressions incompréhensibles. Une fédération nationale de pêche employant le mot "halieutisme" à plusieurs reprises, c'est un comble! Certains ne pourront s'empêcher de poser la question de la légalité et de la validité que peuvent avoir ces textes. Si les dirigeants sont contraints " à survoler les questions et dossiers majeurs" ( en toute lettre dans le texte) , comment les pêcheurs peuvent-ils leur accorder leur confiance?

Il est de même insupportable sinon inadmissible d'employer les termes "expurger" et " procédure réglementaire de retrait d'agrément". Faites attention , vous proférez des menaces rappelant de sombres époques. La perte des baux de pêche pour nombre d'aappma et la création de parcours privés sont-elles déjà entamées ? Nous le saurons peut être tous et très bientôt puisque vous avez commencé.

Quant à l'uniformisation du prix des permis, la mise en place de l'harmonisation de l'ensemble de la distribution, et la création d'une fondation : prendriez-vous les pêcheurs pour des gens crédules ou bien carrément idiots ? Avez-vous bien réfléchi à "toutes" les conséquences et aux dérives toujours possibles ?

Vous savez bien qu'il existera toujours une différence de prix entre un caviar de béluga et des œufs de lump. Il en est de même pour la qualité des parcours de pêche et leur gestion.

Quant on lit que la FNPF veut faciliter l’accès à la pêche pour « recruter et fidéliser », on en en droit de s'inquiéter des termes employés pour une activité de loisir !

Les adhérents pêcheurs "recrutés et fidélisés" par le biais des réciprocités à tarif unique, ne seront certainement pas les gagnants, ni leur AAPPMA. . La carotte de la contractualisation incitative financière est ainsi clairement exprimée au bénéfice des Fédérations, pas des AAPPMA.

Les seuls bénéficiaires seront bien les dirigeants des groupements en réciprocité, les participants au séminaire par exemple, et secondairement les Fédérations impliquées. Dans ces conditions on comprend vite pourquoi le document issu du séminaire n’ait pas toujours été transmis par les Fédérations présentes (ou autres fidèles de la pensée unique) à leurs AAPPMA. Avant de proposer ce type de solution « miracle », les dirigeants des groupements « réciprocitaires » actuels : EGHO, Club Halieutique devraient commencer par faire le ménage devant leur porte. Ce qu’ils proposent actuellement n’est, ni plus ni moins, que de la publicité mensongère.

En effet, sur toutes les Fédérations rattachées à l’EGHO et au Club Halieutique, l’accès au domaine public ne pose aucun problème lorsque la CPMA est acquittée. Alors pourquoi une taxe « réciprocitaire »?

Combien des ces fédérations peuvent réellement s’enorgueillir de proposer sur leur département, l’accès à la totalité des parcours rattachés au domaine privé ?

Il est surprenant de constater que cette information n’est jamais mise en avant lorsqu’il est proposé à un pêcheur d’acquitter la surtaxe correspondante. Pourquoi sur vos belles cartes de la France « réciprocitaire » n'est-il pas précisé et affiché par département :

· le pourcentage (%) de cours d’eau du domaine public,

· le pourcentage (%) de cours d’eau gérés par des AAPPMA « réciprocitaires »,

· le pourcentage (%) de cours d’eau gérés par des AAPPMA non « réciprocitaires » ?

Il est certain que les beaux arguments développés par les groupements ne seraient plus aussi convaincants. Dans bien des cas, la taxe « réciprocitaire » ne peut être considérée que comme une surtaxe ! Dans la mesure où elle est loin de donner accès à tout le domaine piscicole.

Quelle surprise lorsqu’un pêcheur disposant de la taxe « réciprocitaire » constatera que, malgré son sésame, il n’aura pratiquement accès à aucune des rivières classées en 1ère catégorie. Car elles sont gérées par des AAPPMA non « réciprocitaires » au sein de leur Fédération.

C'est le cas de nombreuses Fédérations dont le domaine piscicole est partagé entre cours d’eau de 1ère et 2nde catégories.

Bien sûr et bien entendu, cela serait de la responsabilité des AAPPMA concernées mais certainement pas des groupements « réciprocitaires » et de l’opacité de leur « produits ».

Soyons sérieux ! On comprend très clairement le pourquoi des intentions de la proposition faite lors du séminaire « d’expurger des règlements intérieurs tous les obstacles au loisir pêche et de formaliser une procédure de retrait d’agrément à l’encontre des AAPPMA et/ou de leurs responsables ». Diviser pour mieux régner !

Toujours sur le fond, messieurs, comment pourriez mettre en adéquation les conclusions votées par votre conseil d'administration en regard des exigences du DAGE et de celles de la DCE ?

Il existe un autre point non négligeable et occulté ou ignoré dans vos conclusions : la microéconomie locale et régionale. Pensez-vous sincèrement que le pêcheur n'est plus qu'un "viandard" soucieux du taux de remplissage de sa bourriche et qu'il est inconscient des enjeux des politiques menées envers les milieux halieutiques ?

Alors nous vous demandons de réfléchir en bonne entente, non pas à une centralisation des pouvoirs " politiques" et financiers, mais avant tout à la réaction en chaîne que ne va pas manquer d'entraîner la disparition d'une grande partie du tissu associatif avec l'application de vos propositions.

Que vous le sachiez ou non, le monde associatif peut être analysé et il est impératif de prévoir les comportements dans un environnement économique, technique et social donné. Les pêcheurs font partie de ces agents indicateurs et l'interaction sociale mais aussi le produit de ces interactions sont fort bien suivis. Cela s'appelle la microéconomie.

Messieurs nos représentants nationaux associatifs, avez-vous bien pesé le produit "détonnant" de vos conclusions et de leurs conséquences directes? Les pêcheurs sont d'abord les clients de l'économie locale et régionale, mais aussi les "clients" des élus locaux et régionaux.

Pensez bien à une chose simple. Les pêcheurs ne vous appartiennent pas et ils ne sont pas" votre" produit. Ils n'ont jamais accepté les décisions imposées sans information ni consultation. Ils n'accepteront pas plus d'être recrutés, fidélisés, labellisés. Ce sont bien là les termes que vous avez employés ?

Le pêcheur tient profondément aux vertus de l'associatif et les mots convivialité, amitié ,entraide et réflexion sont chez lui primordiaux.

Nous connaissons de réels problèmes dans le milieu de la pêche, loin de nous l'idée d'affirmer qu'il n'en existe pas. Mais il faut les mettre sur la table aux yeux et à la vue de tous. Effectivement, l'existence de plusieurs aappma sur quelques kilomètres de parcours peut parfois représenter des inconvénients. Mais la disparition d'une partie du tissu associatif doit-il en être le prix? Ne risque-t-on pas d'assister à des règlements de compte ou chasses aux sorcières. Cela serait tomber bien bas.

Il existe nombre de fédérations départementales particulièrement bien gérées. Il serait plus constructif de s'en inspirer et de consulter avant d'imposer sous la menace.

La volonté de centraliser et d'uniformiser est exaspérante. A l'heure de l'effondrement de la centralisation financière et des conséquences désastreuses de ce système, était-il bien opportun d'emprunter la même voie?

Entendrez- vous les avis qui vous seront proposés, prendrez-vous en compte tenants et aboutissants, envisagerez-vous les conséquences auxquelles vous n'avez peut-être pas pensé, ou bien resterez-vous prostrés dans une attitude renforçant nos inquiétudes et nos analyses.

Nous avons effectivement besoin du projet partagé. Et bien, chiche! Construisons-le, mais cette fois-ci sans huit clos, au grand jour. Pour que le monde de la pêche se porte mieux sur de réelles valeurs et une meilleure organisation. Cependant cela doit se faire sans céder au miroir aux alouettes des lobbies commerciaux, des sirènes de la finance et à de possibles ambitions personnelles. Vous avez des exemples intérieurs à notre système qui marchent parfaitement bien.

La décision est entre vos mains. N'oubliez cependant jamais que vous appartenez à un milieu associatif pratiquement unique en Europe. Prendrez-vous le risque d'en être les fossoyeurs? Le monde associatif français dans sa généralité en sera extrêmement "ému".

Il existe encore des associations qui savent se battre contre leur hiérarchie pour faire respecter leur droit dans le strict respect de la légalité. Elles ont des devoirs mais aussi des droits : ceux d'obtenir les preuves et l'assurance absolue que leurs inquiétudes ne sont pas fondées.

Au moment où leurs missions de défense et de protection des milieux aquatiques sont clairement définies par la loi, c'est bien la moindre des choses. En cas de disparition des aappma, la situation ne serait plus extravagante mais carrément ubuesque.

Nous assistons actuellement aux conséquences absurdes et dramatiques de décisions prises il y a encore peu de temps en accordant des permis de construire dans des zones inondables. Et bien sûr tout à chacun de se dégager actuellement de ses responsabilités ! Sans se situer dans le même domaine, êtes-vous bien qu'il n'y ait absolument aucun rapport ni corrélation ? Alors rassurez-nous vite car en réfléchissant bien, un grand nombre d'entre nous s'interrogeront, mais à mauvais escient sans doute ?

Nous posons des questions simples et précises et demandons des réponses claires précises. La critique est autorisée dans notre pays où l'on enseigne encore celle de la raison pure.

Un point positif cependant dans les conclusions du séminaire : la formation des élus. Elle semble en effet bien indispensable à tous les niveaux. Il en va de notre survie à tous.

Je vous prie d'agréer, monsieur le Président, messieurs les administrateurs, nos salutations d'espoir dans la survie associative et dans la compréhension d'une critique toujours constructive. Pour cela, il serait souhaitable que vous organisiez une consultation générale des aapma de France. Nous vous remercions de votre attention.



Au nom de toutes les aappma de France qui ont déjà rejoint le collectif des Aappma en révolte

les coordonnateurs du collectif

Yves Vernier, Jean-Patrick Mauger, Christian Guiraudon

respectivement présidents des Aappma de La Messine, du Lac léman, du Lac d'Annecy

Si tu ne sais pas où tu vas, arrêtes toi et regardes d'où tu viens.
Avatar de l’utilisateur
Totof
 
Message(s) : 1716
Inscription : Mar 08 Nov 2005, 10:30
Localisation : Ambarès et Lagrave

Re: AAPPMA en colère

Message par Totof » Mar 30 Mars 2010, 18:38

J'ai beau relire ce document, j'ai du mal à en comprendre les finalités. Nous nous retrouvons d'un coté sur à mon sens une position régalienne avec la notion de ne pas toucher aux bijoux de famille sic... et de l'autre sur une position particulièrement novatrice avec des dangers de dérive.
A mon sens; il ne faut pas quitter des yeux la défense du système associatif avec des réformes nécessaire. Il faut faire attention à une privatisation plus ou moins généraliser de la pêche en France. Voilà les enjeux tel qui nous sont proposés.
Le soucis à ce jour, nous ne disposons pas beaucoup d'information.
Sur le sujet de réduction des AAPPMA, c'était déjà plus ou moins à l'ordre du jour lors de l'adoption des nouveaux statuts avec l'obligation d'avoir au minimum 7 personnes au sein du CA. Cette disposition était pour mettre fin à certaine pratique de pseudo association de quartier qui refusaient toutes réciprocités.
Le terme de réduction des AAPPMA est peut être excessive (Avoir). Nous sommes beaucoup a pensé et à promouvoir un mode de gestion unique par bassin versant. Forcement, cela va nécessité dans certaine région a des fusions d'AAPPMA.
Maintenant le soucis, c'est toujours à mon sens le manque de pédagogie et de démocratie de part de la FNPF. Il suffit pour s'en convaincre de se rappeler des conditions de validations des nouveaux statuts fédéral et AAPPMA récemment voté.
Pour ma part, comme je l'ai dit il faut attendre pour en savoir un peu plus, ce sujet est particulièrement sensible.
Si tu ne sais pas où tu vas, arrêtes toi et regardes d'où tu viens.
Avatar de l’utilisateur
Totof
 
Message(s) : 1716
Inscription : Mar 08 Nov 2005, 10:30
Localisation : Ambarès et Lagrave

Re: AAPPMA en colère

Message par Euli » Mar 30 Mars 2010, 19:23

J'ai pas tout compris moi non plus dans leur courrier car s'ils font allusion au manque de transparence et de démocratie au sein de la FNPF, ils défendent aussi des choses discutables. L'amateurisme, le clientélisme, la gestion clocher (le "localisme"), le manque de recul environnemental et d'expertise, le culte de l'autonomie à tout crin ne sont pas les meilleurs côtés de la gestion associative qu'il faut par ailleurs défendre. Je me méfie toujours de ceux qui mobilisent de grands principes généraux pour défendre leurs intérêts particuliers. So wait and see.
__________________________

Les OGM, c'est ni dans les champs ni dans l'assiette
Avatar de l’utilisateur
Euli
 
Message(s) : 991
Inscription : Lun 07 Nov 2005, 21:03

Re: AAPPMA en colère

Message par Totof » Mar 30 Mars 2010, 19:41

Tu as effectivement raison sur le fond.
Si le but est de défendre le système actuel dans tous ces états, il y a de quoi être inquiet.
Je ne ferai pas état de la liste des dysfonctionnements et pourtant, il y a de quoi noircir quelques pages.
Je vais citer un seul exemple qui m'a interpelé, c'est celui à tord ou à raison de la légalité des mesures prisent. Ah, voilà un point particulièrement intéressent.
C'est vrai que le mode de fonctionnement des AAPPMA est irréprochable. Je veux bien évidement parler par exemple de la gestion des fichiers adhérents et de leurs usages quasi inexistante. je pense notamment aux convocations des adhérents au AG....C'est pourtant une règle fondamentale de base pour le bon fonctionnement d'une association tel qui soit.....
Nous sommes en 2010 et nous fonctionnons toujours avec du papier....
Le guichet unique devrait représenter une formidable évolution avec l'informatisation du système.

je vais essayer de gratter un peu autour de moi pour essayer de mieux comprendre l'enjeu de ces réformes.
Si tu ne sais pas où tu vas, arrêtes toi et regardes d'où tu viens.
Avatar de l’utilisateur
Totof
 
Message(s) : 1716
Inscription : Mar 08 Nov 2005, 10:30
Localisation : Ambarès et Lagrave

Re: AAPPMA en colère

Message par Totof » Ven 02 Avr 2010, 19:58

Bonsoir à tous,

J'ai eu quelques explications complémentaires concernant ce collectif.
L'analyse que fait Euli est effectivement dans le vrai.

L'idée de base est aller vers le guichet unique avec tout ce que cela entends.
Actuellement se dispositif est à l'essai avec plus ou moins de réussite à ce jour. Le soucis de ce collectif, c'est d'être conservateur le système actuel avec les risques de dérive ne nous connaissons tous.
Leurs peur est également fondé sur la réduction des AAPPMA.....
J'aurai tendance à dire qu'effectivement qu'à terme, cela devra être une nécessité avec notamment les problèmes de gestion des bassins versant. Cela ne veut pas dire moins de personnes responsable. Mais ce point ci, n'est pas pour demain, certaine fédération départementale commence à mettre en place des commissions des bassins versant.
Nous sommes un certain nombre à vouloir des réformes en profondeur pour la gestion en France. C'est pas au moment que cela commence à bouger, qu'il faut en tirer des conclusions conservatrice.
Alors attendons un peu plus, pour y voir plus clair.
Pour ma part, j'ai deux questions simple.

Êtes vous plutôt conservateur du système actuel?
Êtes vous plutôt favorable à des réformes d'ampleur qui forcement aura pour objectif de faire avancer la pêche en France?
Si tu ne sais pas où tu vas, arrêtes toi et regardes d'où tu viens.
Avatar de l’utilisateur
Totof
 
Message(s) : 1716
Inscription : Mar 08 Nov 2005, 10:30
Localisation : Ambarès et Lagrave

Re: AAPPMA en colère

Message par Totof » Mar 13 Avr 2010, 5:22

L'histoire de se faire une idée un peu plus précise sur les futurs réforme que la FNPF a décidé de mettre en œuvre. Je vous invite à consulter le forum de la FFPML. C'est plein d'enseignement avec des idées divergentes selon les régions.

http://www.forum-ffpml.com/viewtopic.php?f=2&t=1239

Pour ma part, même si je ne suis pas totalement d'accord avec l'ensemble du projet. Il y a quand des directions prisent qui vont dans le bon sens.
La première vers une gestion par bassin versant. L'idée effective de retirer l'agrément aux AAPPMA qui ne joue pas le jeu, ne me dérange pas.
Le deuxième point, c'est une gestion des permis avec le guichet unique.
L'idée que se soit un organisme qui récolte les fonds pour le distribuer par la suite ne me dérange pas.
Partir également sur un permis national, la aussi cela irait dans le bon sens.
Maintenant, tout n'est pas parfait.....Mais bon.
Si tu ne sais pas où tu vas, arrêtes toi et regardes d'où tu viens.
Avatar de l’utilisateur
Totof
 
Message(s) : 1716
Inscription : Mar 08 Nov 2005, 10:30
Localisation : Ambarès et Lagrave


Retour vers Présentations, Bla Bla

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron